Le conte musical il était une fois...

Ma mère l'Oye | Wikiwand
Ma mère l'Oye est une œuvre de Maurice Ravel d'après des contes de Charles Perrault , de Madame Leprince de Beaumont et de Madame d'Aulnoy . Il existe trois versions principales de cette suite : la première, à l'origine de l'œuvre, est écrite pour piano à quatre mains , la deuxième, dans la tradition des orchestrations raveliennes, est une partition pour orchestre symphonique , la dernière, plus étoffée, est une adaptation pour ballet, avec une chorégraphie de Jeanne Hugard .
Original link
Ravel lui-même dans un entretien donné le 31 mars 1931 à un journal hollandais, reconnaissait clairement s'être inspiré du Gamelan pour la musique de "Laideronnette":
"N'êtes-vous pas particulièrement attiré par Java en raison de votre relation musicale avec l'Orient? Oui, j'ai hâte de voir le pays du Gamelan. Je tiens la musique javanaise pour la plus élaborée d'Extrême-Orient, et je lui emprunte souvent des thèmes: Laideronnette, dans Ma mère l'Oye, avec les cloches du temple, provient de Java, aussi bien harmoniquement que mélodiquement. Comme Debussy et d'autres contemporains, j'ai toujours été fasciné par l'orientalisme musical." Citation extraite du livre de Patrick Revol: "Influences de la musique Indonésienne dur la musique Française du XXème siècle". Alors que Satie, lui aussi influencé par le Gamelan, en gardera l'effet hypnotique (Gnossiennes), Ravel dans "Laideronnette" fait ressortir l'énergie et l'atmosphère envoûtante de ce "clavier éclaté" dans lequel plus les instruments sont aigus, plus ils jouent de notes dans un même laps de temps.