8.1 Scandale !
Altenberg Lieder, Über die Grenzen des All - Berg - Renée Fleming
Original link
Schoenberg - Gurrelieder, I. Teil (complete), Chailly/RSO, Jerusalem, Dunn, Fassbaender, Hotter
Original link

Qui n’a jamais vu une image du Musikverein de Vienne lors du célèbre concert du nouvel an ? Parmi les applaudissements et les confettis de minuit, les décors fastueux de cette salle mythique gardent aussi le souvenir d’un concert-scandale entré dans l’histoire comme le « concert des gifles ». Nous sommes le 31 mars 1913, Arnold Schönberg se rend à Vienne pour diriger au Musikverein un concert avec au programme sa première Symphonie de chambre, des morceaux de ses élèves Webern, Berg et de Zemlinsky et le premier Kindertotenlieder de Gustav Mahler. Mais l’orchestre ne jouera jamais ce dernier morceau car la salle devint soudainement le théâtre d’une scène de bagarre qui ne prit fin qu’avec l’arrivée de la police. Le public était pourtant resté silencieux pendant les trois premiers morceaux, mais lors d’un des Altenberg Lieder de Berg un éclat de rire foudroyant se répandit dans la salle, suivi par nombreux sifflets et agitation de trousseaux des clés. La guérilla pouvait commencer : Webern se leva de son fauteuil et cria en direction du public de se taire, quant à Schönberg, il arrêta sa direction et annonça que tout fauteur de troubles sera évacué du théâtre. Oscar Straus, compositeur de l’opérette Un rêve de valse, remonta sur scène, provoqua Schönberg en duel et… lui donna un gifle !