En quoi le mouvement Hip hop est-il l’expression d’un mouvement social et culturel ? Comment le rap s’imprègne-t-il d’autres styles musicaux ?
Dans le Studio d'IAM avec AKHENATON et AKAI MPCX (vidéo de la boite noire)
Original link
Demain, c'est loin - IAM
Listen on Google Play Music
Original link
IAM - Demain c'est loin (Clip officiel)
Original link
IAM - Nés sous la même étoile (Clip officiel)
Original link

IAM, un groupe de rap des années 90 Ah ! Ca va vous changer de celui dont il est interdit de prononcer le nom et qui d’ailleurs je suis navrée ne fait pas du tout du rap. Si vous voulez en savoir plus sur ce genre musical, promenez-vous du côté des cours de 3e… Si vous devez retenir deux noms, retenez ceux d’Akhenaton et Shurik’n.

IAM est le groupe mythique des années 90, il devient particulièrement populaire en 1993 avec Le Mia, et est élu groupe de l’année 1995 aux Victoires de la musique. Avec ce groupe, le terme “rap marseillais” trouve toute sa raison. Fiers de leurs racines, ils prônent l’égalité et la tolérance.

Un message universel

Le message va être celui que l’on rencontre chez de nombreux rappeurs, contre l’intégration : « C’est contre le mot « intégration » qu’on a choisi de s’appeler IAM. Je ne suis pas un bourrin qui veut que tout le monde ressemble à tout le monde. Je préfère la figure de la mosaïque. […] En arabe, cela veut dire “l’histoire, le temps qui passe” », explique Akhenaton. Ils se seraient aussi inspirés des manifestations afro-américaines aux Etats-Unis :

Dans L’Ecole du micro d’argent, les textes graves et pesants sont particulièrement travaillés, les thèmes sociaux sont traités avec finesse et réalisme, en utilisant toutes les subtilités de la langue.


Avec son sample mythique tiré de la bande originale du film Meurtre à Alcatraz (Murder in the first) de 1995, ce titre regroupe tous les éléments qui marque le genre rap, hormis le beat box (simple, parlé-chanté, scratch, flow). A la toute fin vous pouvez reconnaitre une réplique du célèbre Goldorak (à 6’35 pour le dessin animé), dans l’épisode 2 :« Mon Dieu, pourquoi ne puis-je vivre comme n’importe quel être humain ? Pourquoi mon destin est-il de ne pouvoir cesser de me battre ? ». Pour les paroles, c’est ici