29.8 Le dada et
la musique

L’une des sources principales de l’anti-art est le mouvement dada qui émerge en réaction aux absurdes massacres de la première guerre mondiale ; à grands renforts de polémiques, de scandales et de dérision, dada veut faire une tabula rasa de toute la culture bourgeoise occidentale. Ce mouvement est fondé, début 1916, par l’écrivain Hugo Ball qui s’est exilé à Zurich (Suisse) pour fuir la guerre. Dans une taverne rebaptisée Cabaret Voltaire (sorte d’oxymore entre les mots "cabaret ", lieu de dépravation, et "Voltaire", philosophe du Siècle des lumières) il organise des manifestations provocatrices avec de jeunes artistes dont les peintres Hans Arp, Sophie Taeuber et le poète Tristan Tzara.

C’est le 8 février 1916 que le mot « dada » est trouvé, selon la légende, à l’aide d’un coupe-papier glissé au hasard entre les pages d’un dictionnaire ! Un manifeste suit qui affirme : « Nous ne sommes pas assez naïfs pour croire dans le progrès. Nous ne nous occupons, avec amusement, que de l’aujourd’hui. […] Nous voulons supprimer le désir pour toute forme de beauté, de culture, de poésie, pour tout raffinement intellectuel, toute forme de goût, socialisme, altruisme et synonymisme. »

Anti-art et musique
Anti-art et musique - dossier musical proposé par Symphozik.info
Original link
Dada | Wikiwand
Le mouvement dada, est un mouvement intellectuel, littéraire et artistique du début du XXe siècle, qui se caractérise par une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques.
Original link