26.9 Donnez votre avis sur cette œuvre !

artsonores - Pierre HENRY, Variations pour une porte et un soupir - Ina.fr
Il y a une certaine provocation à afficher ainsi la cause concrète – voire triviale – avec laquelle on se propose de faire de la musique. Mais cette mise en avant de la porte, c'est pour mieux la faire disparaître en tant que porte, justement. C'est aussi une manière de répondre par avance aux détracteurs de la démarche concrète et de la revendiquer haut et fort au lieu de la masquer.
Original link

L’hésitation entre objet appartenant au monde réel ou au monde artistique peut aussi se poser en musique quand on considère les productions de la musique concrète, consistant à prélever et à mixer des bruits ambiants (porte qui grince, soupir humain, etc. : écouter Variations pour une porte et un soupir de Pierre Henry).

Et que dire d’un compositeur comme John Cage qui pense que tout événement sonore, provoqué ou naturel, peut être considéré comme une forme de musique : sa pièce 4′33″ en est une démonstration spectaculaire. Il ouvre ainsi la porte à toutes les audaces (« à un grand n’importe quoi » selon ses détracteurs) : voir notre dossier Anti-art et musique.

Où situer la limite artistique entre l’exploitation triviale du réel et sa transmutation par l’intervention de l’imaginaire d’un compositeur inventif (et d’un auditeur à l’esprit ouvert) ? ( source )

Pierre Henry - Variations pour une porte et un soupir (1963)
Original link


Instruments
: ?

Voix : ?

Epoque : ?

Bruitages : ?

Bruitages modifiés : ?


CARACTERE :

Mystérieux : Pas du tout - Un peu - Très

Mélodique : Pas du tout - Un peu - Très

Paisible : Pas du tout - Un peu - Très

Puissance sonore : Faible - Moyenne - Élevée

Tempo : Lent - Modéré - Rapide

Triste : Pas du tout - Un peu - Très

Joyeux : Pas du tout - Un peu - Très